Démocratisation

Démocratisation

On dit qu’avant que la Révolution n’ait établi l’Égalité, les grands se considéraient souvent comme au dessus des lois. Ainsi, Voltaire, si cher à nos gouvernants, n’aurait pas réussi à obtenir justice après avoir été battu par les gens d’un grand seigneur vexé par par une de ses répliques trop piquantes. De tout temps les bandits ne respectent que leur loi, et il n’y a pas qu’à Marseille qu’ils règlent leurs comptes dans le sang. De même, dans les périodes troublées divers groupes usent de la force pour imposer leur ordre.

Dans l’état de droit, c’est la puissance publique qui seule est habilitée à faire justice, et le cas échéant à user de la force pour contraindre les fauteurs de trouble, chacun étant tenu de se soumettre à la loi.

Quand des élèves ou leurs parents s’attaquent physiquement aux professeurs, c’est une véritable démocratisation de la violence et du mépris qui s’est opérée : même au bas de l’échelle sociale on peut se croire au dessus des lois et mépriser ceux qui représentent l’autorité.

La morale catholique voit là une manifestation de l’orgueil qui aveugle plus ou moins tous les hommes, et que les traditions spirituelles combattent sans relâche. Les psys de leur côté évoquent l’illusion de toute-puissance infantile.

Autrefois seuls les privilégiés pouvaient s’entretenir dans cette illusion. L’exaltation moderne de l’individu, l’enfant placé au centre du système éducatif mais souvent ballotté entre les morceaux de sa famille éclatée, le refus de ce qui viendrait frustrer la spontanéité permettent désormais à chacun de s’y complaire. On peut douter qu’une morale fondée sur la seule Tolérance et la Liberté d’Expression réussisse à donner aux habitants de notre pays le respect de la loi et la maitrise de soi nécessaires à une vie civilisée.

 

Laisser un commentaire